Akasha ou l’élément Éther

En sanskrit, Akasha, l’ “éther” désigne l’espace dans lequel les quatre éléments échangent et interagissent. Sa nature est d’être mélangé, sa qualité est d’être diffus. Dans le corps, l’élément éther correspond à l’espace, aux cavités : narines, bouche, appareil gastro-intestinal et respiratoire, système lymphatique, vaisseaux capillaires, cellules, etc. Il est symbolisé par un point. L’éther est relié au sens de l’ouïe. Dans le mental, Akasha correspond à l’intuition, permet la télépathie, augmente les situations de synchronicité. L’éther correspond au chakra de la gorge Vishuddha. Il est intéressant d’observer que les premiers chakras, qui concernent notre vitalité, nos désirs et nos émotions, sont logés dans le buste et que, après les épaules, il y a rétrécissement vers la gorge, bien plus étroite, où réside Vishuda qui signifie “la purification”, chakra fondamental, puisque toutes les énergies venant de la base, de la terre, de l’eau, du feu et de l’air doivent se transformer là en une vibration plus subtile, pour trouver leur chemin vers les chakras de la conscience, 3e oeil, Ajna, et Sahasrara, le chakra couronne situé au sommet de la tête. Les émotions sont transformées par l’expression : la parole, le rire, les pleurs, les cris, le chant…Vishuddha est relié à la gorge, aux cordes vocales, à la thyroïde, aux bronches. Il est représenté par un lotus à 16 pétales, sa couleur est le bleu foncé. Ce chakra est symbolisé par le seigneur des éléphants Gaja, d’allure royale. Il représente la sagesse, la patience, le calme. Quand Vishuddha est encombré de tensions, on a du mal à s’exprimer, et donc à communiquer. L’énergie circule mal entre le corps et la tête, entre les chakras du buste et ceux de la tête. Quand Vishuddha est équilibré, la voix peut se poser, l’expression devient claire, la respiration plus libre et la sensation d’unité corps/esprit peut s’installer. Akasha est la quintessence des 4 autres éléments, l’espace dans lequel ils se rencontrent et et cherchent l’équilibre

Les commentaires sont clos.